Déficits : les riches paieront

Le ministre du Budget, François Baroin, a présenté aujourd’hui 150 mesures pour économiser 10 milliards d’euros sur trois ans. Côté recettes, les arbitrages sur les niches fiscales sont renvoyés au mois d’août. Depuis plusieurs mois, l’opposition propose de revenir sur le bouclier fiscal et la suppression des droits de succession votés dans la loi TEPA de 2007, mais également de rajouter une tranche d’imposition. Bref, les Socialistes proposent de « faire payer les riches ». C’était déjà le cœur de leur programme en 1981…

Si l’on souhaite renflouer les caisses de l’Etat, il est logique d’aller prendre l’argent là où il est, mais est-ce vraiment moral et productif ? En effet, le mode du « faire payer les riches » appliqué aux Etats européens, cela revient à exhorter l’exemplaire Allemagne qui avant la crise a fait des efforts pour améliorer la compétitivité de son économie et modérer ses dépenses publiques, à être plus généreuse avec les tricheurs et menteurs grecs. Le mode du « faire payer le riches » appliqué aux particuliers, cela revient à vouloir augmenter les impôts des ménages les plus aisés, c’est-à-dire de ceux qui gagnent de l’argent et ont épargné, pour renflouer les caisses d’un Etat gouverné par des cigales qui vivent au dessus de leurs moyens depuis plus de trente ans et dont les dépenses augmentent plus vite que la richesse créée ! Le Socialisme, ce n’est pas la solidarité comme voudrait nous le faire croire la Gauche, ses fidèles n’ont pas pour vocation de  redistribuer les richesses au profit des plus pauvres toujours plus pauvres. Le Socialisme, c’est un système immoral et contreproductif qui punit les plus méritants et qui a en réalité pour seul objet de « faire payer les riches ».