La victoire en marchant

Que retenir des différents documentaires et reportages qui nous plongent au cœur de la campagne d’Emmanuel Macron (1) ? L’éclosion d’un chef d’État.

C’est la victoire d’un homme lucide. Dans son discours prononcé lors de sa démission du ministère de l’Économie le 30 août 2016, Emmanuel Macron parle des blocages « sectoriels, techniques, idéologiques et politiques ». Il explique alors qu’il a « touché du doigt les limites de notre système politique » et que « toutes ces limites ont construit notre impuissance collective ».

C’est la victoire d’un homme déterminé. A moins de quinze jours du premier tour, Emmanuel Macron explique à son équipe qu’au final, « c’est celui qui a le plus envie qui gagne ». C’est ainsi qu’il programme trois meeting le dernier jour de campagne en sachant pertinemment que les gens ne retiendront rien de ses discours ! Il faut frapper les esprits, toujours et encore, jusqu’à la dernière minute.

C’est la victoire d’un homme pugnace. Ainsi, Emmanuel Macron n’hésite pas à se rendre sur le site de l’usine Whirlpool le 26 avril 2017 au grand dam de son équipe de com’ qui craint pour sa sécurité. Accueilli par des sifflets et sous les huées au son de « Marine, présidente ! », il parvient à se faire entendre et à affirmer son autorité.

C’est la victoire d’un homme positif. Lorsqu’il prend un oeuf sur la tête lors de sa visite au salon de l’agriculture le 1er mars 2017, il n’en fait pas un drame. Il dit même à son entourage qui souhaite abréger le déplacement : « Cela fait partie des risques du métier » ! Avant de reprendre le cours de sa visite et d’en rire ensuite en découvrant les images de l’incident qui sont diffusées sur Internet.

Au fil des situations inattendues et rebondissements de campagne, Emmanuel Macron n’apparaît jamais hésitant, déstabilisé, désarmé ni fébrile. Il n’a peur de rien ni de personne. Il décide seul et vite. Un chef d’État.

 

(1) « Les coulisses d’une victoire » (8 mai 2017, TF1), « Ainsi soit Macron » (8 mai 2017, France 3), « En marche vers l’Élysée » (11 mai 2017, Envoyé spécial, France 2).